Auteur Sujet: [26/01/2014 - 1850pts solo] Tournoi Nord Stratégie  (Lu 5020 fois)

Hors ligne Caius Pertinax

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 125
    • Voir le profil
Re: [26/01/2014 - 1850pts solo] Tournoi Nord Stratégie
« Réponse #30 le: 13/02/2014 à 16:00:24 »
Le classement T3 vient de sortir : Clément 8ème, moi 11ème, Jimmy 15ème, André 18ème, Vorak 29ème.

Ma foi, c'était un excellent tournoi : proche de la maison (pour une fois), pas trop éprouvant physiquement (une journée au lieu de deux, j'ai pu reprendre le travail ce matin comme si de rien n'était) et mené dans une ambiance simple et conviviale. Débriefons rapidement sur les 3 parties du jour.


Première partie : contre Azakiel et ses Eldars Noirs.

Un joueur très souriant et agréable, qui aligne une armée fluff et joue visiblement pour le plaisir. Sa liste est assez voisine de l'armée de Petrus, mais en moins optimisée - lui-même me paraît moins affuté sur le codex que mon illustre comparse de l'Aquila Crusade.

C'est un scénario de prise d'objectifs : je résiste à la tentation de massacrer son QG caché à l'arrière, car cela m'éloignerait du théâtre des opérations pour le reste de la partie. Je préfère frapper au centre pour contrôler la table et interdire les mouvements ultérieurs vers ma moitié de table.



Dès le premier tour, je dépouille les Eldars Noirs d'une bonne partie de leur puissance de feu : j'élimine un Ravageur et un Raider chargé de Cabalites, tout en secouant le transport d'une seconde escouade de guerriers. Mon adversaire riposte assez mollement, préférant activer ses voiles éthériques pour contourner ma drop zone et encercler mon escouade de commandement. Les Eldars Noirs parviennent cependant à charger mes vétérans avec une escouade de Cérastes, ce qui déclenche un furieux corps à corps qui occupera les belligérants pendant la moitié de la bataille.



Pauvres Eldars Noirs, ils n'ont aucune chance : le Typhoon pulvérise le Raider du Voïvode, dont l'escorte est déchiquetée par les obus du Nephilim et les bolts de mon infanterie. Seul au milieu d'un cratère fumant, le chef eldar attend la charge... mais comme il dispose encore d'un bouclier d'ombre et d'une lame dessicante, je lui joue un sale tour pour m'assurer la victoire : Pertinax sacrifie un sbire qui vient s'empaler sur la lame du Voïvode en défi, tandis que lui-même inflige de nombreux dégâts au Raider voisin. Perdant le combat à -6, le seigneur de guerre adverse prend la fuite et se fait massacrer dans le dos. Car après tout, l'attaque dans le dos, ça paie. Pertinax en profite pour le torturer joyeusement et apprendre les points faibles du détachement ennemi.

Dans le même temps, mes renforts arrivent : le dernier Raider est intercepté par mes Marines d'une salve de fuseurs et les Cérastes embarquées fauchées au bolter - les survivantes seront tellement traumatisées par ce traitement de choc qu'elles passeront les trois tours suivants à fuir. Heureusement, le bord de table mettra un terme à leurs souffrances. Mon Vénérable ouvre le feu sur le dernier Ravageur et l'endommage.



Une escouade de Cabalites s'extirpe de l'épave de son transport et tente de gagner le couvert d'un bunker voisin tout en mitraillant sauvagement mes vétérans. Pertinax ne tarde pas à rattraper ces chenapans et à leur faire découvrir le véritable sens du mot "souffrance".

A ce stade, les Eldars Noirs ne peuvent plus gagner : leurs dernières unités sont enfermées dans un quart de table, privées de toute mobilité et passées l'une après l'autre au rouleau compresseur. C'est une boucherie sans nom.

Un aéronef eldar arrivera au tour 3, me causant quelques pertes avant d'être pris en chasse et endommagé par le Nephilim. La partie s'arrête au tour 5, faute de temps : les Eldars Noirs n'évitent la table rase qu'à un chasseur près.



Et pendant ce temps, stoïques et imperturbables, les scouts seront restés à proximité de leur objectif. Je gagne 25 à 0.


Seconde partie : contre Cyambre et ses Démons.

C'était à prévoir : après une si belle victoire, je me retrouve confronté à un infâme grosbill ! :wink:

Plaisanterie mise à part, c'est une partie agréable et reposante contre un Cyambre tout aussi adorable que d'habitude, et que je suis bien content de retrouver à cette occasion.

Une fois de plus, c'est un scénario à objectifs. L'armée adverse regorge de personnages puissants (dont Kairos et un porteur de grimoire), mais en contrepartie elle est assez pauvre en effectifs et ne comporte que deux Troupes.



J'attaque sur un flanc, détruisant un char de Tzeentch en embuscade sous le feu croisé du Typhoon, du Vénérable et des scouts (dont un tir de sniper finira la bête). Le reste de l'armée concentre les feux sur Kairos, qui est grièvement blessé... mais survit malgré tout. Caramba !



Dotés d'une sauvegarde invulnérable à 2+ par l'effet combiné de vents favorables et de la protection du grimoire, les chiens de Khorne galopent à travers la steppe et parviennent à charger mes vétérans, qui sont tous balayés. Tous ? Non ! Seul contre la horde, l'héroïque Petrus poursuit le combat, parant les coups et distribuant les astrobaffes.

Profitant de l'occasion, Kairos se dérobe en catimini et va se cacher un peu plus loin...



... mais nul ne peut échapper au Nephilim : criblé d'obus, transpercé de toutes parts, le démon majeur est renvoyé chez lui sans autre forme de procès.



Petrus finit par tomber. Le Vénérable lance une contre-charge salvatrice et sauve la partie. You shall not pass ! (à clamer d'une voix caverneuse et métallique). Dans le même temps, une de mes escouades de combat détruit les Horreurs au corps à corps.

Hélas, les Sanguinaires de Cyambre chargent et détruisent une autre de mes escouades de combat, s'approchant dangereusement de l'objectif central. Personne ne semble en mesure de les arrêter. Personne ? Ce serait oublier le Nephilim, qui ouvre le feu sur l'engeance démoniaque de Khorne et la fauche par poignées entières.

Nous jouons le dernier tour en mode accéléré, faute de temps (il faut dire qu'en plus de nos papotages assumés, nous sommes sollicités en permanence par divers joueurs / orgas / spectateurs). Finalement, chacun de nous parvient à contester l'objectif tenu par l'autre, et je gagne d'un cheveu grâce aux objectifs bonus (seigneur de guerre, briseur de lignes).

Je gagne 13-7. Merci encore pour cette agréable partie !


Troisième partie : contre Dica et ses Eldars.

Ouch ! Je tombe sur un violeur d'enfants défoncé au crack et dopé aux hormones de combat : outre les abominations habituelles, il aligne deux Chevaliers Fantômes. Comme il s'agit d'un scénario de pure poutre, la confrontation est inévitable : à l'attaque !



Croyant avoir une occasion d'assassiner rapidement le Grand Prophète à motojet, je concentre sur lui tous mes tirs F8. Las ! Même avec l'auspex de mon archiviste, je n'arrive pas à le toucher : le Manteau du Dieu Moqueur le rend quasiment invulnérable.

A bien y réfléchir, j'aurais dû concentrer ma puissance de feu sur un Chevalier et le détruire dès le tour 1. Mais c'est toujours plus facile à dire a posteriori.



Je fais face pendant trois tours, capturant le canon laser Icarus et neutralisant plusieurs unités eldars. Je parviens même à endommager un Chevalier au corps à corps, mais les bestiaux sont trop coriaces, et je perds toutes mes unités l'une après l'autre.

A partir du tour 4, je perds tout mon répondant, et je commence à subir. C'est l'extermination : seul un pod survivra au massacre, m'épargnant la table rase. Je perds tout de même 25 à 0 !



La photo ci-dessus montre pourquoi les Dark Angels méritent vraiment leur règle Obstiné : ce Marine solitaire aura résisté trois tours, lâchant grenade sur grenade avant de succomber.


Si j'avais malgré tout une critique à émettre sur le tournoi, je pourrais évoquer l'étrangeté du système de ronde suisse, qui intégrait à chaque fois la note de compo pour déterminer les appariements. Pour les mous, c'est un peu la double peine ! Pour prendre un exemple un peu extrême, prenons un joueur mou (compo 20) ayant subi un défaite au tour 1 (score 0) et un joueur dur (compo 0) ayant réalisé un massacre (score 20) : ils ont de fortes chances de s'affronter lors de la partie suivante, alors que l'un des deux est visiblement plus dangereux que l'autre !

Ce sujet ne m'a cependant pas gêné. Je me doutais bien que je finirais par affronter un Eldar, vu le nombre prodigieux de joueurs qui alignaient du zoneille.

Tags :